Actualité

Iceland contre les déchets plastique

En France, depuis juillet 2016 (1), les sacs plastiques à usage unique sont interdits. Ils ont été remplacés par des sacs réutilisables payants. En Grande-Bretagne, les sacs plastique à usage unique sont autorisés mais ils sont payants (5p) dans les grands magasins ; le but étant d’étendre cette taxe aux boutiques.

 

La promesse d’Iceland

La semaine dernière, Iceland, une chaine de supermarchés Britannique a dévoilé ses ambitions pour 2023 : bannir les emballages plastique. Le supermarché envisage de remplacer le plastique par des emballages et sacs en papier ainsi que des barquettes en pâte à papier. C’est le premier acteur de la grande distribution Britannique à faire une telle promesse (2). Quand on sait qu’en Europe, 100 milliards de sacs plastiques à usage unique et encore plus d’emballages plastique sont utilisés chaque année, c’est une démarche qui mérite d’être saluée.

 

Les chiffres

Les déchets plastique sont un fléau. Dans le monde, chaque minute, l’équivalent d’un chargement (de camion) finit dans les océans, ce qui représente 8 tonnes de plastique par an (3). Nous consommons de plus en plus de plastique, et le recyclage coutant aujourd’hui plus cher que la production, il est bien souvent jeté au lieu d’être recyclé (4).  On estime que dans les 20 prochaines années, la production va doubler. Puis, elle va quadrupler d’ici à 2050.
Dans son rapport intitulé « THE NEW PLASTICS ECONOMY – RETHINKING THE FUTURE OF PLASTICS » la Ellen MacArthur Foundation ajoute que si l’on continue, en 2025, dans les océans, il y aura 1 tonne de plastique pour trois tonnes de poissons. En 2050, il y aura autant de plastique que de poissons. Ce n’est pas pour rien que certains endroits où la concentration en déchets plastique est élevée sont appelés les « continents de plastique ».

 

Les solutions

Il n’existe pas de remède miracle. Les particules, les sacs, les bouteilles plastique qui polluent les sols ou qui se trouvent dans les océans ou sur les plages y resteront pour la majeure partie. Récupérer tout ce qui flotte est impossible, même avec des dispositifs tels que la Seabin, une petite poubelle qui aspire les déchets présents dans l’eau (5) ou The Ocean Cleanup, un mur flottant (6).

En revanche, adopter les bonnes pratiques permettrait de diminuer la quantité de plastique que nous consommons.

La solution la plus évidente pour éviter de polluer est bien sûr de penser à trier et de ne pas jeter ses déchets dans la nature ou dans des endroits qui n’y sont pas destinés.
Les coton-tige dont la tige est en plastique et qui sont bien souvent jetés dans les toilettes, ne seront bientôt plus qu’n souvenir en France. En effet, ils seront interdits à partir de janvier 2020 (7). Le gouvernement Ecossais pense, lui aussi, les interdire. D’après les militants, cette interdiction permettrait une réduction de la pollution marine de 50% (8).
Chaque minute, 1 million de bouteilles plastique sont vendues dans le monde. Filtrer soi-même son eau à l’aide d’une carafe lorsque l’on est chez soi et se servir d’une bouteille réutilisable quand on est en déplacement réduirait le nombre de bouteilles achetées et jetées.

La meilleure solution côté alimentation reste d’opter pour le vrac. En plus de réduire le gaspillage alimentaire (on ne prend que ce dont on a besoin), on évite les contenants en plastique de toutes sortes : barquettes, opercules, sachets, bouteilles…et on les remplace par du papier, du verre voire du métal ; les récipients en verre et en métal étant bien entendu réutilisables. Ce concept séduit de plus en plus de consommateurs même si le marché reste restreint : il ne représente que 0,5% du marché de l’alimentation (9) ou environ 500 millions d’euros de chiffre d’affaire selon Accenture.  Contrairement à ce que l’on pourrait penser, acheter en vrac ne coûte pas plus chers : les produits sont en général 5 à 30% moins chers (10) (en moyenne ils le sont de 10% chez Biocoop) que dans les grandes surfaces.

 

 

Par Marine Rouet

Publié le 25 janvier 2018

 

(1) https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/fin-des-sacs-plastique

(2) https://www.theguardian.com/business/2018/jan/15/iceland-vows-to-eliminate-plastic-on-all-own-branded-products

(3) https://www.ellenmacarthurfoundation.org/publications/the-new-plastics-economy-rethinking-the-future-of-plastics

(4) https://www.theguardian.com/environment/2017/oct/15/david-attenborough-urges-immediate-action-on-plastics-blue-planet

(5) https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/mers-et-oceans/seabin-la-poubelle-des-mers-s-attaque-a-la-pollution-marine_119177

(6) https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/oceanographie-ocean-cleanup-projet-boyan-slat-nettoyer-ocean-commencera-2018-54459/

(7) https://www.topsante.com/medecine/votre-sante-vous/sante-pratique/les-cotons-tiges-c-est-bientot-fini-623422

(8) https://www.theguardian.com/uk-news/2018/jan/11/scotland-to-become-first-uk-ban-plastic-cotton-buds

(9) http://www.leparisien.fr/vie-quotidienne/conso/conso-acheter-en-vrac-ca-vaut-le-coup-28-09-2017-7291740.php Septembre 2017

(10) https://www.lsa-conso.fr/faut-il-s-emballer-pour-le-vrac,241488

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *