Intelligence Artificielle

L’intelligence artificielle au service de la photographie

La photographie a longtemps été réservée aux professionnels. Elle s’est démocratisée petit à petit avec les appareils jetables, les numériques et reflexs abordables et enfin, les smartphones. Avec l’avènement des caméras pour smartphone sont apparus les logiciels de retouche gratuits, permettant aux amateurs de créer l’illusion d’une photo de meilleure qualité.

Mais malgré ces différents outils, tout le monde ne s’improvise pas photographe. C’est là que l’intelligence artificielle intervient.

Voici une petite liste des intelligences artificielles aux service de la photographie :

  • EnhanceNET-PAT (1)

L’information a fait le tour du web récemment. Cette IA est capable, grâce à la technologie SISR (single image super resolution), de transformer une image floue en image d’excellente qualité et qui donnera l’impression d’avoir été prise en haute résolution.

  • Sensai d’Adobe (2)

Les outils disponibles sur Photoshop le sont maintenant sur téléphone et de façon plus avancée.
L’IA, qui sait à quoi ressemble un visage humain, détecte automatiquement les traits d’un visage afin de les modifier et de corriger la distorsion créée par l’objectif du smartphone. Elle est aussi capable de reconnaitre le sujet d’une photo et de flouter l’arrière-plan. Un seul clic suffit.

  • Google (3 ;4)

L’IA de Google utilise le machine learning pour entrainer un réseau neuronal profond. On a appris à ce réseau à reconnaitre ce qui pourrait être considéré comme des « éléments photographiques supérieurs » liés à la composition, la saturation et le niveau de détails.
Le programme fonctionne en 4 étapes : il prend des panoramas provenant du Street View de Google Maps, les rogne, change la luminosité et la couleur et ajoute un filtre.
Sur les 173 photos évaluées par des professionnels, 54% ont obtenu un score de 3 minimum (dont 13% au-dessus de 3,5). 45% des photos prises par des professionnels ont obtenu 3,5 ou plus.

  • Nvidia (5)

Grâce à un generative adversarial network (GAN) et à partir d’une base de données, ce programme est capable de générer ses propres photographies en haute résolution. Deux réseaux de neurones travaillent ensemble. L’un est appelé le « générateur », il créé une image qui, pour l’œil humain, n’est pas différente des exemples de sa base de données. L’autre, le « discriminateur », va comparer cette image à l’originale et faire des remarques. Les deux travaillent ensemble et améliorent leur performance à chaque fois.

  • Picturesque (6)

Cette intelligence artificielle ne fait pas de photos et ne transforme pas de photos. Elle analyse les éléments présents sur une photo déjà prise afin de les grouper. Elle est aussi capable de leur donner une note en fonction de leur apparence et de marquer les photos floues ou de mauvaise qualité qu’il n’est pas nécessaire de garder. Ce programme est destiné aux personnes ayant un reflex.

  • Arsenal (7)

Arsenal est un petit objet que l’on attache à l’appareil photo. Grâce à l’IA intégrée, il est capable de reconnaitre une scène et de décider quels réglages devront être utilisés afin d’obtenir la meilleure photo possible. Il est aussi capable de prendre plusieurs photos de la même scène avec plusieurs réglages et points de référence pour la mise à jour puis les combiner afin d’obtenir une photo où aucun détail n’a été oublié.
Arsenal optimise aussi les réglages en fonction de l’objectif utilisé, de ses points forts et de ses points faibles.

 

Ce sont des gadgets utiles pour les fans de photographie mais ils ne remplaceront jamais un vrai photographe qui sait diriger un modèle, choisir l’endroit parfait ou encore raconter une histoire grâce à une simple image.
Certaines IA apprennent à avoir une sorte de regard critique grâce à des bases de données mais elles cherchent des éléments précis, des « modèles » de belles photos. Un flou artistique pourrait, par exemple, se retrouver dans la catégorie des photos à effacer selon Picturesque.
Bien sûr, il y a des règles que les intelligences artificielles peuvent apprendre et qui font qu’une photo est réussie, comme la règle des tiers, les lignes de force ou encore l’espace négatif…mais ces règles sont aussi faites pour être transgressées. La photographie est un art, et comme toute forme d’art, la beauté des œuvres est subjective. Il y a des domaines où l’intelligence artificielle ne surpasse pas l’Homme en terme de résultats, même avec de l’entrainement.

 

Par Marine Rouet

Publié le 5 décembre 2017

 

(1) http://www.numerama.com/tech/304117-impressionnant-cette-ia-parvient-a-changer-des-photos-pixelisees-en-images-de-bonne-qualite.html

(2) https://www.popsci.com/adobe-is-using-ai-to-make-complex-photo-editing-simple-enough-for-selfies

(3) https://www.theverge.com/2017/7/14/15973712/google-ai-research-street-view-panorama-photo-editing

(4) http://twistedsifter.com/2017/07/google-photography-ai/

(5) https://www.digitaltrends.com/computing/nvidia-research-computer-generated-images/

(6) https://techcrunch.com/2016/05/09/picturesqe/

(7) https://witharsenal.com/features

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *